La performance énergétique et votre logement

Diagnostic
13.12 2017
Image La performance énergétique et votre logement

Depuis un peu plus d'une dizaine d'années, la France s'est engagée pour préserver l'environnement en ayant une consommation énergétique convenable pour la santé de la planète. En effet, on s'est aperçu que non seulement les ressources alimentaires et d'eau potable s'amenuisaient de manière perceptible, mais c'est aussi le cas pour le potentiel énergétique de la terre. Malheureusement, pour envenimer la situation, s'il s'agissait que d'une simple réduction de la production le problème soit vite réglé. L'exploitation dérange le système écologique avec les dégâts causés, comme la consommation qui produit le désormais si connu gaz à effet de serre.


Prises de décisions des instances au pouvoir

Des mesures ont été prises par les instances dirigeantes de l'Hexagone, de commun accord avec plus de 190 pays, même si un des « actionnaires majoritaires » du projet s'est désisté il y a quelques semaines. Ces bonnes intentions se traduisent concrètement par des lois, parfois votées par le pouvoir législatif ou décrété par le pouvoir exécutif. Parmi ces décisions prises par le parlement, le gouvernement ou le Président de la République, tous les logements qui sont sur le marché, que ce soit pour la vente ou la location, doivent fournir un document qui détaille avec des chiffres concrets la consommation en énergie. Ce que le bâtiment ou l'appartement utilise pour sa climatisation, sa source de lumière ainsi que les différents appareils qui utilisent l'électricité. Le DPE logement, c'est ainsi qu'ils ont décidé de le nommer, pour Diagnostic de Performance Energétique, est devenu obligatoire pour toutes les propositions immobilières à partir de 2006. Un changement est toutefois apparu quelques années plus tard. En effet ; afin de renforcer et améliorer la décision prise, au cours de l'année 2010, les élus décident que pour les constructions qui contiennent plus de cinquante unités de logement, l'obligation de fournir un Audit énergétique est nécessaire pour classer le sujet dans une catégorie distincte.


Le classement selon les performances

A, B, C, D, E, F, G, ce sont les classements possibles pour toute propriété immobilière. Pour simplifier les choses, la meilleure note, A en l'occurrence, est une preuve que l'immeuble est bien en dessous des 50 kWh par mètre carré par an. Si on fixait le prix du kWh à cinq euros, une surface habitable de cent mètres carrés qui paie des charges inférieures à 25 mille euros par an serait aurait donc une note maximale. Si cette consommation coûte plus de 225 mille euros par an, c'est la plus mauvaise note que le logement obtient. Les acquéreurs peuvent prendre conscience que ce n'est pas seulement quelques billets de plus dans le portefeuille, mais aussi que l'impact environnemental pouvait s'en ressentir. L'esthétique et l'emplacement ne sont plus les seuls critères qui peuvent influer sur le prix d'un logement, des diagnostics et un protocole s'imposent, pour déterminer la fiabilité de l'isolation des murs ou du toit, de l'optimisation des diverses installations de chauffages. Les structures les plus performantes ont recours à l'utilisation d'énergie alternative, telle que l'énergie du vent ou du soleil.